Zingy c’est l’histoire de ma vie.

Blog d'Anais Giordano

A la rencontre du cerveau

Rédigé par Ananais Aucun commentaire

Permettez-moi d’aborder un sujet sérieux aujourd’hui.

 

En tant qu’infirmière, forcément, je suis confrontée à des personnes blessées, malades… Mais aussi à la détresse de leurs proches. Ce n’est certes pas facile à assumer psychologiquement. Mais c’est un métier que j’ai choisi, et j’étais consciente de tout ce que cela impliquait. Mais entre le savoir et le vivre…

 

Bref, passons ! Il y a peu, j’étais assignée au service gériatrie pour la premère fois, et je me suis rendue compte que plus l’âge avance, plus la vie devient difficile… Quoique dans mon article précédent, j’avais eu le temps de le comprendre aussi…

 

J’ai notamment dû m’occuper d’un patient atteint de la maladie d’Alzheimer. Il a pris l’habitude de noter dans un petit carnet les évènements qui lui paraissent important. Aussi touchant que fut cette image, cela m’a fait prendre conscience du pouvoir destructeur de notre cerveau, lorsque celui-ci décide de faire des siennes…

 

Cela ayant piqué ma curiosité, je me suis renseignée sur la chose, et de fil en aiguille, sur un blog consacré aux personnes âgées, j’ai découvert la semaine du cerveau. Il s’agit d’un événement réunissant plusieurs conférences sur cet organe. Je n’ai pas pu m’y rendre, mais leurs conférences sont en replay sur leur site.

 

J’ai appris beaucoup de choses ! Bien que je ne sois pas une spécialiste en neurologie, je suis désormais capable de comprendre un peu plus les problèmes cérébraux que peuvent rencontrer les personnes âgées dont je m’occupe. Je peux même dialoguer plus facilement avec le service neurologie ! En quelques mots, mais c’est déjà ça. Le corps humain m’a toujours fasciné (sinon je ne ferai pas ce métier…)

 

D’autres troubles mentaux frappent malheureusement les personnes âgées, Parkinson, AVC, crises d’épilepsie…  Ces différentes conférences ont donc mis l’accent dessus. Concernant les symptômes, je n’ai certes pas appris grand-chose. Mais je peux enfin mettre des mots précis sur ces troubles mentaux qui parasitent la vie de mes patients.

 

C’est aussi un bon moyen de prévention. Certains signes sont avant-coureurs quand il s’agit de problèmes cérébraux, il est donc bon de se renseigner sur la chose ! J’invite vraiment les gens à être curieux et à se pencher sur des sujets qui parfois peuvent leur échapper un peu. Certains nous touchent directement, et il n’est pas inutile d’aller piocher de l’info un peu partout, c’est comme ça qu’on rencontre des choses intéressantes, comme ce fut le cas pour moi ! Et vous pourriez peut-être même aider un proche parent en âge avancé…

Classé dans : Non classé Mots clés : aucun

Scène surréaliste en campagne...

Rédigé par Ananais Aucun commentaire

L’autre jour, je conduisais tranquillement sur ma petite route favorite, et j’ai assisté à une scène pour le moins surréaliste…

D’ordinaire, je passe par le périphérique pour rentrer du travail, mais, cette fois-ci, étant donné qu’il s’agissait d’une heure plutôt creuse, et avec un trafic un peu moins fluide, je me suis dit : « pourquoi donc ne pas emprunter la jolie route de campagne ? ».

C’est une de mes routes favorites… On y longe notamment un joli petit lac, et quelques champs de tournesol. Lorsque la météo s’y prête (et c’était le cas), je roule fenêtre ouverte, car l’air de la campagne prenait le dessus sur les pots d’échappements !

Bref, j’en viens à ce que je voulais dénoncer… Alors que j’étais bien tranquille dans ma petite voiture, je roulais doucement pour profiter du paysage. Pas de voiture devant, ni derrière. Des conditions idéales ! Et à un carrefour, je vois une grosse berline qui débouche à toute vitesse… Bon, je l’ai vu de loin, donc à priori, pas de problèmes. Hormis les quelques commentaires que je fais dans ma tête, il ne récoltera pas grand-chose.

Donc je continue sereinement ma route, et je ne pense pas un seul instant à recroise ce fou du volant. Mais si ! Car devant lui, se trouvait un véhicule plus petit, et qui, il faut bien l’admettre, n’avançait pas très vite, mais, en ce qui me concerne, cela ne me pose pas vraiment de problème. Je ne suis pas de nature à me presser et à me sentir stressé par un quelconque retard.

La personne devant moi avait donc décidé de coller l’arrière de la voiture devant lui, attitude que je ne cautionne guère, mais qui arrive malheureusement un peu trop souvent. Je pensais que ça allait en rester-là…

Pas du tout ! C’est à ce moment là que la scène SURRÉALISTE en question entre en jeu. A un feu rouge, le fana de vitesse sort tranquillement de son véhicule pour aller invectiver la personne devant lui, qui n’était qu’un simple retraité… Quel indécence… Ridicule.

Je ne suis pas intervenue, abasourdie que j’étais par l’absurdité de la situation. Quel intérêt d’aller enguirlander un petit papy parce qu’il ne va pas assez vite ? Cet homme, apparemment d’une quarantaine d’année à vue d’œil, n’est apparemment pas au fait des baisses de réflexes qui arrivent à un certain âge… Au lieu de simplement prendre son mal en patience et d’attendre une possibilité de le dépasser, il a cru bon de simplement aller crier auprès de ce retraité qui n’avait rien demandé.

Cela me choque profondément, et je me suis un peu renseigné sur le sujet. Même si les personnes âgées prennent davantage de risque lorsqu’elles prennent le volant, nous leur devons (et à tous les conducteurs en fait…) le respect. Inutile d’aller crier sauvagement. Inutile d’adopter un comportement d’animal… Dans quel monde vivons-nous mon dieu…

Classé dans : Non classé Mots clés : aucun

Les balades en forêt, une alternative au yoga.

Rédigé par Ananais Aucun commentaire

Avez-vous déjà fait des balades en forêt … Seul avec vous-même ? Savez-vous quel effet produit la nature sur nos émotions ? Le bruit des oiseaux qui échangent des sifflements, le vent qui souffle dans les feuilles, le craquement des brindilles et petites branches cassant sous les chaussures, les odeurs diverses de mousse, et de bois mouillé….. L’odeur de la nature de l’air frais qui purifie les poumons puis finalement le corps entier … S’asseoir sur un tronc d’arbre un peu couché, accueillant volontiers le poids de notre corps l’espace de quelques minutes, nous qui nous rendons compte de la chance que l’on a de parcourir les sentiers de cette forêts préservée.

J'ai pas trouvé mieux que vous offrir un lien vers Wikipédia car les forêts sont difficilement repérables sur Google : https://fr.wikipedia.org/wiki/For%C3%AAt_de_Buzet . C'est la forêt dans laquelle je vais ma balader régulièrement elle gagne à être connu je vous assure. Et de temps en temps je vais dans celle-ci : https://fr.wikipedia.org/wiki/For%C3%AAt_de_Bouconne. Elle est tout aussi reposante. On y croise peut-être un peu plus de monde ? 

Il est clair que ce sentiment de bien-être que l’on peut avoir lorsque l’on fait du yoga ou quand on arpente des sentiers un peu touffus est la même ….. on se retrouve avec soi-même pour souffler une bonne fois pour toute , jusqu’à la prochaine séance ou la prochaine balade. Testez ces forêts si ce n'est déjà fait ? 

J’aime bien me balader sous une pluie fine, on redécouvre des senteurs oubliées lorsqu’il y a un grand soleil. L’humidité du bois traverse notre corps, mes pensées s’envolent et je fais subitement le point sur ma vie. J’oublie le stress et la course qui m’attend quand je vais reprendre le rythme au travail. J’oublie la voiture et es patients qui sont fatigués et abîmés. J’oublie la vaisselle et le linge que je dois ranger en rentrant. J’oublie les projets de demain et ceux passés. J’oublie les échecs. Le bois m’enivre et j’ai tendance à rester trop longtemps, d’autant plus que dans ses cas là je me promène toujours sans mon smartphone il reste dans la boite à gant. Je me sens vivante et j’ai l’impression que ma vie a un sens après cette balade. Une autre sens que celui qui résume mon quotidien : boulot boulot boulot.

Un déménagement dans l'air ?

Rédigé par Ananais Aucun commentaire

Avec Yohann On s’est décidé on regarde les maisons à acheter dans la région toulousaine. On ne peut pas bouger pour le moment car il a signé il y a seulement quelques mois son CDI pour travailler dans le lycée dans lequel il avait déjà effectué plusieurs CDD, il voulait vraiment se poste. Nous pensons acheter aux alentours de Toulouse, pas dans le centre-ville ça serait pratique ni pour lui ni pour moi.

Pour le moment nous en parlons juste et nous regardons de temps en temps. Nous ne voulons plus louer, donner notre salaire à une agence immobilière chaque mois. Nous avons déjà mis un petit apport de côté sans trop savoir à quoi il nous servirait, on à décidé ça en Janvier 2017 donc chaque mois on met un peu chacun sur ce compte pour pouvoir faire quelques chose à deux, c’est de cette façon que cela à commencé. Au début nous voulions tout simplement faire un second voyage en amoureux mais finalement on arrive à un moment de notre vie où l’on veut construire quelque chose de durable et ensemble.

Personnellement l’endroit m’importe assez du moment que l’on reste dans la ceinture toulousaine puisque je suis mobile avec mon travail. Lui par contre souhaiterais acheter vers Labège. C’est en cours de discussion. Nous voulons plusieurs chambres au moins trois, pour accueillir des amis, avoir un bureau pour moi et puis aussi ……. Peut-être un petit Yohann ou une petite Anais supplémentaire dans la famille ! Mais pas de suite.

Nos exigences sont :

  • Un jardin (même petit)
  • RDC
  • 3 chambres
  • Cuisine séparée
  • WC séparés
  • Un garage 2 places

Nous sommes tombés au moins d’accord sur ces critères qui sont pour nous indispensables. D’ailleurs j’en profite, si vous connaissez un bien avec des critères similaires ou mieux, complétement dans nos critères, vous pouvez me contacter en commentaire et nous aborderons ensuite le sujet du budget.

Si vous avez des conseils, des sites ou des agences à nous conseiller nous sommes preneurs.

Fil RSS des articles